L'effet papillon

En 1972, le météorologue Edward Lorenz donne une conférence sur le thème de la prédictibilité où il met en évidence le caractère vraisemblablement chaotique de la météorologie. Exprimée sous la forme d'une question « Un simple battement d'ailes d'un papillon peut-il déclencher une tornade à l'autre bout du monde ? », elle décrit le phénomène connu sous l'image de "l'effet papillon".

« De crainte que le seul fait de demander, suivant le titre de cet article, "un battement d'aile de papillon au Brésil peut-il déclencher une tornade au Texas ?", fasse douter de mon sérieux, sans même parler d'une réponse affirmative" Edward Lorenz précise   « Je mettrai cette question en perspective en avançant les deux propositions suivantes :

  • Si un seul battement d'ailes d'un papillon peut avoir pour effet le déclenchement d'une tornade, alors, il en va ainsi également de tous les battements précédents et subséquents de ses ailes, comme de ceux de millions d'autres papillons, pour ne pas mentionner les activités d'innombrables créatures plus puissantes, en particulier de notre propre espèce.
  • Si le battement d'ailes d'un papillon peut déclencher une tornade, il peut aussi l'empêcher. »

 

Un battement d'ailes

Les moutons de Panurge